Linha de separação

4 de fevereiro de 2017

Terá acabado a Guerra ?

Há semanas que não se houve falar de Mossoul . Não há bombas , nem danos colaterais , nem violações , nem tragédias humanitárias.
 Ou será que  atrocidades só havia na Síria com o malandro do Putine .
Como a informação é isenta e independente da embaixada americana , a ausência de notícias só pode significar que acabou a guerra .
London Review of books :

The Iraqi and US governments had every reason to play down the fact that they had failed to take Mosul and had instead been sucked into the biggest battle fought in Iraq and Syria since the US invasion in 2003. It was only in the second week of January that Iraqi special forces reached the River Tigris after ferocious fighting: with the support of US planes, helicopters, artillery and intelligence they had finally taken control of Mosul University, which had served as an IS headquarters for the eastern part of the city, along with the area’s 450,000 inhabitants. But reaching the Tigris was far from being the end of the fight. On 13 January, IS blew up the five bridges spanning the river. The city’s western part is a much greater challenge: home to 750,000 people, many of whom are thought to be sympathetic to IS, it’s a larger, poorer and older area, with closely packed streets that are easy to defend. Only the aid agencies, coping with the heavy civilian casualties and the prospects of a fight to the death by IS, appreciated the scale of what was happening: on 11 January, the UN Humanitarian Co-ordinator in Iraq, Lise Grande, said the city was ‘witnessing one of the largest urban military operations since the Second World War’. She warned that the intensity of the fighting was such that 47 per cent of those treated for gunshot wounds were civilians, far more than in other sieges of which the UN had experience. The nearest parallel to what is happening in Mosul would be the siege of Sarajevo between 1992 and 1995, in which 10,000 people were killed, or the siege of Grozny in 1994-95, in which an estimated 5500 civilians died. But the loss of life in Mosul could be much heavier than in either of those cities because it is defended by a movement which will not negotiate or surrender and kills anybody who shows any sign of wavering. IS believes death in battle is the supreme expression of Islamic faith, which fits in well with a doomed last stand.
Figures for wounded civilians in Mosul over the last three months may well exceed those for East Aleppo over the same period. This is partly because ten times as many people have been caught up in the fighting in Mosul, whose population according to the UN is 1.2 million; 116,000 civilians were evacuated from East Aleppo. Of that number, 2126 sick and war-wounded were evacuated to hospitals, according to the WHO. Casualties in the Mosul campaign are difficult to establish, partly because the Iraqi government and the US have been at pains to avoid giving figures. Officials in Baghdad angrily denounced the UN Assistance Mission for Iraq when it announced that 1959 Iraqi soldiers, police, Kurdish Peshmerga and their paramilitary allies had been killed in November alone. The UN was forced to agree not to release information about Iraq’s military casualties in future, but US officers confirmed that some units in the 10,000-strong Golden Division – a US-trained elite force within the Iraqi army whose soldiers get higher pay – had suffered 50 per cent casualties by the end of the year. The Iraqi government was equally silent about the number of civilian casualties and emphasised its own great restraint in the use of artillery and airpower. But the doctors in Iraqi Kurdistan treating injured people fleeing from Mosul were less reticent: they complained that they were being overwhelmed. On 30 December, the Kurdish health minister, Rekawt Hama Rasheed, said his hospitals had received 13,500 injured Iraqi troops and civilians and were running out of medicines. The extent of civilian losses hasn’t ebbed since: the UN Office for the Co-ordination of Humanitarian Affairs in Iraq said that over two weeks at the turn of the year, some 1500 Iraqis from Mosul suffering from trauma injuries had reached Kurdish hospitals, mostly from frontline areas and ‘with most of these injuries occurring just after the fighting intensified at the end of December’. These numbers only give a rough idea of the real losses: they don’t include the dead, or the wounded in western Mosul who didn’t want to leave – or couldn’t, because they were being used as human shields by IS. The UN says that many people were shot by IS fighters as they tried to escape.

A large number of these losses were inflicted even before Mosul was fully surrounded: the last passable main road to Syria, down which have come food, medicine, fuel and cooking gas since IS captured the city two and a half years ago, was closed in November by Shia paramilitaries. Tracks are still open, but they are dangerous and often can’t be used during the winter rains. As a result, prices in the markets in Mosul have soared: the cost of a single egg has jumped five times, to 1000 Iraqi dinars. In the main vegetable and fruit market there are only potatoes and onions for sale, and at high prices. As cylinders of cooking gas run out, wood taken from abandoned building sites is selling at a premium. The siege is likely to be a long one: if IS is going to make a stand anywhere, it is better from its point of view to do so in Mosul, where the Iraqi government and the US military may be more restrained than elsewhere in Iraq in the use of their firepower. The precedents are ominous: in 2015-16 airstrikes and artillery fire destroyed 70 per cent of Ramadi, the capital of Anbar province, which had a population of 350,000. IS has every reason to fight to the end in Mosul: aside from being the second biggest city in Iraq, it has iconic significance for IS. It was here, in June 2014, that a few thousand of its fighters defeated an Iraqi government garrison of at least 20,000 soldiers; and it was on the back of this miraculous victory that IS’s leader, Abu Bakr al-Baghdadi, declared his caliphate. Those who are trapped in Mosul aren’t optimistic about their chances: ‘What we feared is happening,’ a woman in her sixties who gave her name as Fatima, told the online newsletter Niqash, which published an account of conditions in the city. ‘The siege is starting for real. From now on every seed and every drop of fuel counts because only god knows when this will end.’
Despite the ferocity of the fighting in Mosul, and warnings from the UN about casualties in the city potentially surpassing those in Sarajevo and Grozny, international attention has been almost exclusively directed at East Aleppo. It wouldn’t be the first time in the region that the Western press corps turned out to have been watching the wrong battle: I was in Baghdad in November 2004 when most Western journalists were covering the end of the siege of Fallujah. The Marines ultimately captured it, but the American generals understandably played down – and the media scarcely noticed – that while US troops were fighting in Fallujah, in central Iraq, insurgents had seized the much larger city of Mosul, in the north. That victory turned out to be significant, because the US army and the Iraqi government never truly regained uncontested control of the city, with the result that the predecessors of IS survived intense military pressure and re-established themselves, waiting until the revolt in Syria in 2011 gave them fresh opportunities.

There are many similarities between the sieges of Mosul and East Aleppo, but they were reported very differently. When civilians are killed or their houses destroyed during the US-led bombardment of Mosul, it is Islamic State that is said to be responsible for their deaths: they were being deployed as human shields. When Russia or Syria targets buildings in East Aleppo, Russia or Syria is blamed: the rebels have nothing to do with it. Heartrending images from East Aleppo showing dead, wounded and shellshocked children were broadcast around the world. But when, on 12 January, a video was posted online showing people searching for bodies in the ruins of a building in Mosul that appeared to have been destroyed by a US-led coalition airstrike, no Western television station carried the pictures. ‘We have got out 14 bodies so far,’ a haggard-looking man facing the camera says, ‘and there are still nine under the rubble.’

Tradução em Francês .
Les gouvernements irakien et US avaient toutes les raisons de minimiser le fait qu’ils n’avaient pas réussi à prendre Mossoul et avaient plutôt été aspirés dans la plus grande bataille menée en Irak et en Syrie depuis l’invasion US en 2003. Ce fut seulement au cours de la deuxième semaine de janvier que les forces spéciales irakiennes ont atteint le Tigre après des combats féroces : avec l’appui d’avions, d’hélicoptères, d’artillerie et de renseignements US, ils ont finalement pris le contrôle de l’Université de Mossoul, qui avait servi de quartier général de l’EI pour l’Est de la ville et les 450 000 habitants de la région. Mais atteindre le Tigre était loin d’être la fin de la partie. Le 13 janvier, l’EI a fait sauter les cinq ponts qui enjambaient la rivière. La partie ouest de la ville est un défi beaucoup plus important : elle compte 750 000 habitants, dont on pense que beaucoup sont sympathisants de l’EI. C’est un quartier plus vaste, plus pauvre et plus ancien, avec des ruelles étroites reliées entre elles et faciles à défendre. Seules les organisations humanitaires, confrontées aux nombreuses victimes civiles et aux perspectives d’une lutte à mort par l’EI, ont pu juger de l’ampleur de ce qui se passait : le 11 janvier, Lise Grande, coordonnatrice humanitaire de l’ONU en Irak, a déclaré que la ville était « témoin d’une des plus grandes opérations militaires urbaines depuis la Seconde Guerre mondiale ». Elle a averti que l’intensité des combats était telle que 47% des personnes traitées pour des blessures par balle étaient des civils, bien plus que dans d’autres sièges dont l’ONU avait l’expérience. Le plus proche parallèle à ce qui se passe à Mossoul serait le siège de Sarajevo entre 1992 et 1995, où 10 000 personnes ont été tuées, ou le siège de Grozny en 1994-1995, où environ 5500 civils sont morts. Mais le bilan à Mossoul pourrait être beaucoup plus lourd que dans l’une ou l’autre de ces villes parce qu’elle est défendue par un mouvement qui ne négociera pas, ni ne se rendra, et exécute tous ceux qui montrent le moindre signe d’hésitation. L’EI croit que la mort au combat est l’expression suprême de la foi islamique, ce qui cadre bien avec une résistance acharnée jusqu’à la mort.

Sur la même période, le nombre de civils blessés à Mossoul au cours des trois derniers mois pourrait bien dépasser celui d’Alep-est, en partie parce que dix fois plus de gens ont été pris dans les combats à Mossoul, dont la population selon l’ONU est de 1,2 million ; 116 000 civils ont été évacués d’Alep-est. Parmi eux, 2126 malades et blessés de guerre ont été évacués vers les hôpitaux, selon l’OMS. Les pertes dans la campagne de Mossoul sont difficiles à chiffrer, en partie parce que le gouvernement irakien et les États-Unis ont pris soin d’éviter de donner des chiffres. Les responsables de Bagdad ont dénoncé avec colère la Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Irak en annonçant que 1959 soldats, policiers, Peshmergas kurdes et leurs alliés paramilitaires avaient été tués au cours du seul mois de novembre. L’ONU a été forcée de s’engager à ne pas divulguer à l’avenir des informations sur les pertes militaires irakiennes, mais des officiers américains ont confirmé que certaines unités de la Golden Division composée de 10 000 hommes - une force d’élite formée aux États-Unis au sein de l’armée irakienne – avaient subies 50 pour cent de pertes à la fin de l’année. Le gouvernement irakien est également silencieux sur le nombre de victimes civiles et a insisté sur sa grande retenue exercée dans l’usage de l’artillerie et de frappes aériennes. Mais les médecins du Kurdistan irakien qui soignent les blessés fuyant Mossoul sont moins réticents à parler : ils se plaignaient d’être submergés. Le 30 décembre, le ministre kurde de la Santé, Rekawt Hama Rasheed, a déclaré que ses hôpitaux avaient reçu 13 500 soldats irakiens et civils blessés et qu’ils manquaient de médicaments. L’ampleur des pertes civiles n’a pas diminué depuis : le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires en Irak a déclaré qu’au cours des deux premières semaines de l’année, quelques 1500 Irakiens de Mossoul souffrant de traumatismes étaient arrivés dans les hôpitaux kurdes, principalement des zones de front et que « la plupart de ces blessures ont été infligées juste après l’intensification des combats à la fin du mois de décembre ». Ces chiffres ne donnent qu’une idée approximative des pertes réelles : ils n’incluent pas les morts ou les blessés dans l’ouest de Mossoul qui ne voulaient pas partir - ou qui ne pouvaient pas, parce qu’ils étaient utilisés comme boucliers humains par l’EI. L’ONU dit que beaucoup de gens ont été abattus par les combattants de l’IE alors qu’ils essayaient de s’enfuir.
Un grand nombre de ces pertes ont été infligées avant même que Mossoul ne soit totalement encerclée : la dernière route principale encore franchissable vers la Syrie, par où arrivaient la nourriture, les médicaments, le carburant et le gaz de cuisson depuis la prise de la ville il y a deux ans et demi, a été fermée en novembre par les paramilitaires chiites. Les pistes sont toujours ouvertes, mais elles sont dangereuses et ne peuvent souvent pas être utilisées pendant les pluies d’hiver. En conséquence, les prix sur les marchés de Mossoul ont grimpé en flèche : le prix d’un simple œuf a été multiplié par cinq, à 1000 dinars irakiens. Dans le principal marché des fruits et légumes, il n’y a que des pommes de terre et des oignons à vendre, et à des prix élevés. Au fur et à mesure que les bouteilles de gaz se vident, le bois prélevé sur des chantiers abandonnés se vend au prix fort. Le siège sera probablement long : s’il y a un endroit où l’EI peut livrer une bataille, c’est bien à Mossoul, là où le gouvernement irakien et l’armée US peuvent faire preuve de plus de retenue dans l’utilisation de leur puissance de feu qu’ailleurs en Irak. Les précédents sont inquiétants : en 2015-16, des frappes aériennes et des tirs d’artillerie ont détruit 70% de Ramadi, la capitale de la province d’Anbar, qui comptait 350 000 habitants. L’EI a toutes les raisons de se battre jusqu’au bout à Mossoul : en plus d’être la deuxième ville d’Irak, elle a une signification iconique pour l’EI. C’est ici, en juin 2014, que quelques milliers de ses combattants ont défait une garnison du gouvernement irakien d’au moins 20 000 soldats ; et c’est grâce à cette victoire miraculeuse que le chef de l’EI, Abu Bakr al-Baghdadi, a déclaré son califat. Ceux qui sont pris au piège à Mossoul ne sont pas optimistes : « Ce que nous craignions est en train de se produire », a déclaré une femme de soixante ans qui s’est présentée comme Fatima au journal en ligne Niqash, qui a publié un compte rendu des conditions qui régnaient dans la ville. « Le siège commence réellement. A partir de maintenant, chaque graine et chaque goutte de carburant compte parce que seul Dieu sait quand cela finira. »
Malgré la férocité des combats à Mossoul et les avertissements de l’ONU sur les pertes dans la ville qui pourraient dépasser celles de Sarajevo et de Grozny, l’attention internationale s’est presque exclusivement portée sur Alep-est. Ce ne serait pas la première fois dans la région que la presse occidentale se trompe de bataille : j’étais à Bagdad en novembre 2004, alors que la plupart des journalistes occidentaux couvraient la fin du siège de Falloujah. Les Marines l’ont finalement capturée, mais les généraux américains ont compris - et les médias ont à peine remarqué - que pendant que les troupes américaines combattaient à Falloujah, dans le centre de l’Irak, les insurgés s’étaient emparés de la plus grande ville de Mossoul, dans le nord. Cette victoire s’est révélée significative, car l’armée US et le gouvernement irakien n’ont jamais réellement repris le contrôle incontesté de la ville, de sorte que les prédécesseurs de l’EI ont survécu à une pression militaire intense et on pu se refaire une santé en attendant la révolte en Syrie en 2011 qui leur a donné de nouvelles opportunités.
Il y a beaucoup de similitudes entre les sièges de Mossoul et d’Alep-est, mais les reportages étaient différents. Lorsque des civils sont tués ou leurs maisons détruites lors du bombardement mené par les États-Unis à Mossoul, c’est l’État islamique qui est censé être responsable de leur mort : les victimes étaient des boucliers humains. Lorsque la Russie ou la Syrie visent des bâtiments à Alep-Est, ce sont eux les coupables et les rebelles n’y sont pour rien. Des images déchirantes d’Alep-Est montrant des enfants morts, blessés ou souffrant de traumatismes ont été diffusées dans le monde entier. Mais lorsque, le 12 janvier, une vidéo a été publiée montrant des personnes cherchant des cadavres dans les ruines d’un bâtiment à Mossoul qui semblait avoir été détruit par une attaque aérienne de la coalition dirigée par les États-Unis, aucune station de télévision occidentale n’a diffusé les images. « Nous avons sorti 14 corps jusqu’à présent », a dit un homme hagard en regardant la caméra, « et il y en a encore neuf sous les décombres ».
Patrick Cockburn

Sem comentários: